Page 1
Galerie

Quand la politique prend le pas sur la technologie pour transformer un métier de communicant

Depuis maintenant 10 ans Marine Le Pen, présidente de la république, a causé du tort dans le monde associatif par la politique qu’elle mène. Beaucoup d’associations ont disparu et celles qui existent encore aujourd’hui n’ont pas toujours la trésorerie nécessaire pour embaucher des salariés, dont des chargé de communication.

Aujourd’hui, après quelques années de galère, enfin une bonne nouvelle, je viens de décrocher un poste de chargé de communication dans l’associatif et dans une association qui correspond aux valeurs que je cherche à défendre depuis que j’ai l’âge d’avoir une conscience politique. Il faut dire que depuis la fin de mes études, ce secteur a beaucoup évolué et pas vraiment dans le sens qui me convient.
Quand je prends un peu de recul, je me rends compte que le contexte politique actuel et le chemin qu’il a pris depuis plusieurs années en sont certainement les principales causes.

Retour sur des années mouvementées en politique

En 2012 après des années de politique de droite, on a assisté à un semblant d’alternance par l’arrivée de François Hollande du Parti socialiste qui a eu un mandat difficile et qui a déplu à beaucoup dont une très grande partie des électeurs de gauche. En 2017, M. Macron devient président de la République, en promettant une alternative au clivage gauche-droite présent depuis le début de la Ve république. Il a réussi à battre Marine le Pen, la candidate du Front national dans une période de montée des extrêmes.

http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2014/07/2017-marine-le-pen-%C3%A0-lelys%C3%A9e-.html

Marine Le Pen, à l’Elysée en mai 2022.

Seulement les 5 ans qui ont suivi n’ont pas, non plus, convaincu les électeurs sur cette véritable alternance attendue. Ce qui a, je pense, amené Marine LePen à accéder au pouvoir en 2022. C’est à partir de là, que, pour ce qui est de mon poste et de ma fonction de chargé de communication, tout, c’est gâté.
Il est clair que l’idéologie de ce parti ne correspond en rien avec l’objet social des associations dans lesquelles, j’ai et je souhaite travailler.
Alors que les subventions accordées aux associations baissaient déjà de manière exponentielle depuis la présidence Sarkozy, puis Hollande, puis Macron. Depuis l’ère Marine, cette tendance s’est affirmée et tranchée.

Je vois aujourd’hui un vrai tournant qui s’est produit pendant et après la campagne présidentielle de 2017 qui pourrait se résumer comme la campagne critique des médias, accusés d’être partiaux, de gauche qui ont choisi de détruire un candidat de droite pour favoriser le candidat E. Macron qui a été élu président. Une grosse partie de la population française a perdu confiance en eux et en l’information de manière générale. Elle reste aujourd’hui, encore, sceptique et souvent sensible aux tendances complotistes. Cela a impacté et impacte encore aujourd’hui le métier de communicant. Il y a une forme de méfiance généralisée. Qui ne s’est malheureusement pas arrangée par la suite.

De lourdes conséquences sur le secteur associatif

Ce contexte et cette évolution politique et géopolitique ont, avant toute chose, raréfié le nombre de postes de chargé de communication dans l’associatif puisqu’ils ont raréfié le nombre d’associations existantes. La raison est simple, les subventions accordées qui permettaient jusque-là à bon nombre d’associations d’exister et d’embaucher des salariés, ont été suspendues.
Le planning familial a disparu, ou a été contraint de disparaître, selon les interprétations, dès l’arrivée au pouvoir de Madame Lepen. Ce n’était qu’un début. Un des symboles, pour moi, marquant d’une dynamique qui ne s’arrêterait pas en “si bon chemin” a été la récupération des locaux de la LICRA (ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme) par le gouvernement en 2023. Depuis beaucoup d’associations ont disparu, et celle qui existent encore ont dû totalement repenser leur fonctionnement et se séparer de bons nombres de salariés. J’ai moi aussi perdu mon travail de chargé de communication dans ce contexte et passé quelques années durant lesquelles j’ai dû élargir le spectre des organisations dans lesquelles je me voyais travailler.

Enfin il y a deux mois, j’ai trouvé un travail et dans un domaine qui me plaît. Alors certes, il a fallu que je me dirige vers des associations plus consensuelles, possédant une histoire ou une part d’identité en lien avec le catholicisme, mais j’ai trouvé. Et ces associations se portent bien et mènent des actions auprès de publics qui sont dans le besoin, ou dans une situation sociale qui m’alerte.

Un métier qui à du s’adapter

Cela fait donc déjà deux mois que je suis chargé de communication au Secours Catholique dans le service du mal-logement. Et je me rends compte après 5 années sans emploi que le métier a quelque peu changé.

Dans le métier de communicant et particulièrement dans ce secteur, beaucoup de choses ont changé et pas seulement ces cinq dernières années. Ces évolutions sont en grande partie dues aux technologies qui sont en perpétuelle mutation. Aujourd’hui beaucoup de pratiques ont changé et la technique a permis des évolutions profitables au travail quotidien, tout en apportant, dans un même temps, son lot de nouvelles problématiques.
Nous perdons beaucoup moins de temps dans le choix des cibles et dans les réflexions qui précèdent une publication ou une campagne de communication. Avec la collecte de données personnelles et les informations que l’on possède les uns sur les autres, c’est un algorithme qui définit à qui tel ou tel message doit s’adresser. Cela va encore plus loin. Ces mêmes algorithmes nous indiquent la forme que doit prendre le message en fonction de cibles définies. Les questions sur la préservation des données et la notion de vie privée dont on parlait énormément lorsque j’étais étudiant ont peu à peu disparu, face à la tournure prise. Aujourd’hui, on ne parle d’ailleurs même plus, dans le débat public, de la notion de vie privée ou de données personnelles. On parle d’informations non-publiques. Tendez l’oreille, tout est dans la symbolique et la nuance. Il parait même que le gouvernement aurait pour chacun de nous une fiche précise d’informations très personnelles. « Un peu comme un fichier Tulard [ Créé sous le régime de vichy, c’est un ensemble de fichiers d’informations sur les personnes juives qui porte le nom de son créateur], mais avec les moyens de la technologie moderne ».

François DUPAIRE et Farid BOUDJELLAL, La Présidente, 2015, Les Arènes BD – Demopolis, p82

La logistique a, elle aussi évolué. Nos boîtes mail répondent pour nous à la plupart de nos e-mails. Elles nous débarrassent, il faut bien le dire, de toutes ces tâches chronophages qui étaient une sorte de fil rouge de nos journées. Elles ne répondent pas à tous, mais à la plupart des demandes générales, de question de logistique, pratique, etc. Les appareils planifient pour nous nos rendez-vous en fonction de nos disponibilités et nous les rappellent quotidiennement.

Et puis, chose nouvelle également, le fait de ne plus travailler sur un ordinateur. Avec l’évolution des objets connectés c’est mon bureau mon nouvel ordinateur. Enfin mon bureau quand je suis au travail. Mais ça peut être toute sorte d’objets mon poste de travail. C’est finalement juste la machine matérielle qui a disparu, ce qu’il y avait dedans je l’ai avec moi partout. Il me faut juste un objet connecté avec une surface. Ça évite de le transporter, de risquer de le casser et de perdre toutes les données et ça permet d’avoir tout sur soi à tout moment. Il faut juste s’équiper d’un serveur personnelle à laisser chez soi ou au bureau et accepter l’idée que de toute façon les autorités ont un contrôle sur la plupart de ces données.

Sur le plan idéologique du métier, une des problématiques qui (particulièrement dans le domaine associatif de solidarité) apparaît avec ces évolutions technologiques prend racine dans ce contexte politique particulier. En effet, les technologies ont évolué et nous permettent d’être plus efficace, mais elles ont profité également aux services de renseignements qui ne voient pas d’un très bon œil l’existence de telles structures dans lesquelles je souhaite m’investir professionnellement. Bien que des associations comme le Secours Catholique soient pour le gouvernement plus honorables que la ligue des droits de l’homme, elles n’en restent pas moins à surveiller. Et la totalité des actions de telles structures ne leur convient pas toujours. Le secours catholique avait un service qui intervenait sur les problématiques carcérales, mais nous n’avons plus d’accès en détention. On sent que l’action de l’association devrait se diriger vers un public plus ou moins choisi. Et que ce même gouvernement n’est pas totalement dupe des positions de l’association qui ne rentre pas totalement dans ses lignes.

http://fr.ubergizmo.com/2013/02/15/holocauste-hologrammes.html

Réunion par hologramme

La surveillance s’est généralisée, et il nous faut ruser pour pouvoir se retrouver sur des temps de travail commun pour organiser une forme de résistance. Heureusement, ces mêmes évolutions technologiques nous le permettent aussi. Nous assistons depuis déjà de nombreuses années à cette tendance de repli sur soi. Et l’accès aux commandes de partis extrêmes n’est pas un privilège français. Ces montées de partis politiques nationalistes sont présentes dans beaucoup de pays du monde. Ces évolutions technologiques nous permettent beaucoup plus facilement de se retrouver malgré les distances qui peuvent nous séparer. La généralisation des hologrammes donne des réunions qui seraient apparues comme surréalistes il y a encore 20 ans, mais facilite le travail des ONG présentes dans plusieurs pays. Les possibilités de cryptage ont crû ce qui est une bonne chose pour nos actions, dans le même temps, les possibilités de déchiffrage se sont elles aussi perfectionnées. Sans faire de parallèle, aucun, j’ai parfois un sentiment de vivre ce qu’on me racontait enfant dans les livres d’histoire sur la résistance. À des différences technologiques près.

Sur le plan idéologique, il y a aussi des conséquences

Le climat politique actuel a aussi bousculé les questionnements, divergences qui depuis un bon nombre d’années, animaient le secteur de l’associatif. À cette époque, il y avait par rapport à la professionnalisation de la communication dans ce secteur et l’usage de techniques au départ propres au marketing et au monde de l’entreprise, deux écoles. Une qui ne voulait pas en user et souhaitait que ces associations concentrent leur travail de communication sur la participation citoyenne, quand, l’autre, au contraire, utilisait ces méthodes pour sensibiliser et récupérer des dons qui leur permettaient une indépendance financière. On parlait de mode fonctionnel et relationnel « les modes fonctionnel (basé sur les principes du marketing) et relationnel (fondé sur la participation et la conscientisation) dans les stratégies de communication externe des organisations humanitaires » (Florence Carion). Ces divergences n’ont jamais cessé et chaque association avait son appréciation de cette question. Cependant cette question est devenue secondaire car aujourd’hui, les principales préoccupations de ces associations (pour celles qui existent encore) sont de réussir à convaincre que leur action n’est pas veine et de réussir à faire passer leur message, au sens propre comme au figuré. Il faut faire face à une forme de censure, et une nouvelle notion de vérité qui serait celle détenue par le pouvoir en place. Cette même notion de vérité d’État pose également un problème sur le travail de recherche d’informations, et d’accès à l’information. On à longtemps parlé de fake news avec l’arrivée au pouvoir de Donald Trump en 2017 aux États-Unis. A l’époque ce n’était pas encore la norme et c’était suffisamment rare et marquant pour qu’on s’arrête sur le sujet, mais aujourd’hui cette tendance c’est généralisée, et la méfiance vis à vis de la presse a permis aux politiques de s’engouffrer et de se saisir de cette « opportunité » pour imposer leurs vérité propre.

Bien que sceptique avec une sensation parfois d’impuissance face à une situation et ce gouvernement bien en place, je garde l’espoir que les choses changent et qu’ils finissent par rendre le pouvoir. C’est finalement au moment où ces associations, dans lesquelles je souhaite travailler, ont le plus de travail pour répondre à leur objet social qu’elles peuvent en réaliser le moins. Drôle de paradoxe.

Nicolas Noireau

Bibliographie / Webographie

Florence Carion, « La communication associative  », Communication [En ligne], Vol. 28/1 | 2010, mis en ligne le 23 septembre 2011, consulté le 18 avril 2017;

François DUPAIRE et Farid BOUDJELLAL. (2015).  La Présidente. Paris: Les Arènes BD – Demopolis

Coreight. (2014, Le 14 aout). Fascinante ou effrayante, la communication du future est déjà à notre porte [Billet de blog]. 

Baccelli François, « Les réseaux de communication du futur », Annales des Mines – Réalités industrielles, 4/2010 (Novembre 2010), p. 5-9.

Ixchel Delaporte. (2016, le 16 décembre). Comment les maires FN musèlent les associations. L’humanité.