Page 1
Galerie

Résiste, la comédie musicale de France Gall

PHO483e6610-c1d3-11e4-b8dc-cd3b280a7e6c-805x453

La comédie musicale de France Gall, Résiste, a fait son avant-première en octobre au Palais des Sports à Paris. La chanteuse de 68 ans y rend hommage à l’auteur-compositeur Michel Berger, qui était aussi son époux, et qui est mort d’un arrêt cardiaque en 92. Pour rappel c’est lui qui avait écrit la comédie musicale Starmania.

Le spectacle contient environ 30 chansons de Michel Berger et France Gall, aussi bien des tubes mythiques que des morceaux un peu oubliés. France Gall y dévoile même un titre inédit de Michel Berger, enregistré dans les années 80 et intitulé « un dimanche au bord de l’eau ». Les orchestrations sont les mêmes, les titres restent fidèles aux originaux, et l’orchestre joue bien sûr en direct. Continue Reading →

Galerie

Comment les comédies musicales surfent sur les tendances

Lorsqu’on s’intéresse aux gros succès des comédies musicales françaises ces dernières années, on peut dégager certains thèmes récurrents:

  • la tendance noblesse du 17e/18e siècle avec Le roi soleil, 1789 les amants de la bastille, et Mozart Opéra Rock. On reste un peu dans les mêmes costumes, mêmes décors

roi-soleil  A ce sujet je suis tombée sur un article assez intéressant du chercheur Guy Spielmann qui notait l’engouement pour Versailles dans les années 2000. Il cite plusieurs documentaires, livre et téléfilm sur le sujet qui sont sortis à cette période, et évoque aussi la comédie musicale Le Roi Soleil. Il finit par pointer la Une de l’hebdomaire Le Point, fin décembre 2005, qui titrait sur un portrait de Louis 14 « Quand la France dominait le monde ». Pour le chercheur, il s’agit en fait de restituer la gloire de la France dans la tête des français à une période où ils ont mauvaise estime de leur pays et un manque de repères. Voilà pour la petite parenthèse explicative. Continue Reading →

Galerie

Cats, la comédie musicale aux 9 récompenses

cm_cats

Vous en avez sûrement entendu parler : la comédie musicale Cats est revenue en France. C’est au théâtre Mogador, à Paris, que la troupe se déchaîne depuis octobre et ce jusqu’à juillet.

L’histoire : une société de 22 chats de gouttière se réunit pour élire celui ou celle qui aura accès à une forme de renaissance dans une nouvelle vie. C’est notamment l’histoire de Grizabella, une chatte vieille et rejetée qui regrette le temps où elle était belle et aimée. Il faut savoir que cette comédie musicale, jouée pour la première fois à Londres en 1981, a été composée à partir d’un recueil de poèmes de Thomas Stearns Eliot. Elle possède donc un esprit très poétique, et même « abstrait et lunaire » selon la metteuse en scène française. D’après les critiques, les danseurs se meuvent véritablement sur scène à la manière de félins ; ils auraient d’ailleurs visionné longuement des vidéos de chats pour se mettre dans la peau de leur personnage. On note aussi que chaque acteur nécessite 1h30 de maquillage avant d’entrer sur scène. Continue Reading →

Galerie

Sample : le rap aux racines de la black music

Pour définir la notion première de MC (master of ceremony), il faut rappeler les débuts même du Hip-Hop à New-York, au moment des sounds-systems. Venant de Jamaïque, les sounds-systems étaient des grandes fêtes de quartier en pleine rue où l’on mettait de la musique à l’aide de platines, amplificateurs et des micros.

Sound-system en Jamaïque

Si le DJ était le principal acteur, le MC n’est alors présent que pour animer la foule par quelques acclamations. En charge de mener la foule, la place du MC devint de plus en plus importante. DJ Kool Herc, jeune jamaïcain arrive dans le Bronx dans les années 70, il recrée alors les sounds systems. Il diffusa du reggae d’abord puis s’adapta au public en proposant de la funk puis de la soul, du rock, du blues…

Les pionniers du Hip-Hop ont grandi avec la grande black music transmise par leurs parents. Le rap est imprégné de cet éclectisme à travers le sample. Le sample est la base musicale du rap. En effet, Il permet au rap d’exploiter la richesse des musiques noires américaines pour créer de nouveaux morceaux. Le principe du sample consiste à prendre un échantillon d’un titre déjà existant à partir duquel on crée une boucle qui sera agrémentée à d’autres éléments propres aux beatmaker(producteur) et qui deviendra l’instrumental sur lequel le MC rappera. En cela, certains titres sont de véritables hommages aux pionniers de la black music : funk, soul, blues, jazz,…

Dans les 80’s, considéré comme l’âge d’or du Hip-Hop, il était commun d’avoir 5 à 6 samples différents (de voix, de mélodies, de riff, scratché, de dialogues de films,…) sur un morceau de Public Enemy ou EPMD. Chuck D, leader de Public Enemy, témoigne: « On trouvait que les samples étaient une façon d’arranger les sons, comme les peintres mélangent le jaune et le bleu pour faire du vert ».

Continue Reading →

Galerie

Drake, stratège des réseaux sociaux

En octobre dernier, Drake a, comme le dit l’expression américaine « cassé Internet ».

Son clip « Hotline Bling » était partout : dans des médias aussi divers que Complex, Le Parisien, Rollingstone, les Inrocks, Melty… Ce jeune canadien s’est imposé comme une des plus grandes stars de la musique actuelle, avec 100 titres classés au Billboard, le Top des hits américain, et ce en moins de 8 ans de carrière. Seuls 3 autres « monstres sacrés » ont fait mieux (Lil’Wayne, Elvis Presley et la série Glee).

La carrière de Drake représente bien le milieu de la musique à l’heure d’internet. Les campagnes de marketing classique ne sont plus nécessaires pour les stars qui sont en lien constant avec leur fanbases sur les réseaux sociaux. A l’instar de Beyonce, Drake a ainsi annoncé la sortie de son album « If You’re Reading This It’s Too Late » le jour-même avec un simple tweet où figurait la pochette et le lien iTunes.

Les manières d’écouter et de produire la musique ont évolué. Avec les nouvelles technologies, tout est devenu plus accessible. Chaque jour une multitude de titres sort sur Youtube, iTunes ou même Soundcloud. Conséquence, les hits ont une durée de vie moins longue.

Drake a su s’adapter. Il sait qu’il faut être présent régulièrement pour rester le numéro 1. Plutôt que de se concentrer sur un album qui prendrait des mois à produire, il enchaîne remixes de tubes, ou de chansons moins connus, collaborations ou encore un projet commun avec Future lui aussi très actif.

En étant aussi prolifique, on perd en qualité, mais on continue à faire parler de soi. C’est cela être pertinent en 2015. Peu importe que deux mois après la sortie d’un clip, on parle d’autre chose. Ce qui compte est que ce titre ai fait le buzz a un instant T.

 

Drake a depuis pérennisé ces fameux pas de danse dans une pub pour T-Mobile à l’occasion du Super Bowl…

Continue Reading →

Par défaut

PNL : le spleen de la rue

PNL intrigue les médias. Ce duo composé de deux frères issus des quartiers de Corbeil-Essonnes se retrouve au Top iTunes après avoir refusé toute interview et prise de parole. Leur deuxième album « Le monde, chico », en référence à Scarface, est sorti fin octobre. Vous me direz encore du rap influencé par Tony Montana.

PNL – Le Monde Chico

 

Peut-être, mais les frelots du 91 ont crée une mini-révolution dans le rap français. Leurs textes sombres et noirs de vécu de dealers contrastent avec les lumineuses boucles aériennes sur lesquelles ils posent leur voix sous auto-tune. Là où la plupart des rappeurs utilisent l’auto-tune pour chanter, PNL s’en sert pour jouer avec les mélodies. Il en ressort des morceaux doux et addictifs sur la forme, et dur dans le fond. Comme de la drogue.

« Moi j’connais pas, argent facile. On a rien construit depuis l’premier kil’ »

PNL pour Peace & Lovés, jeu de mots avec l’expression Peace & Love. Il y a chez PNL, une volonté de réel pour contrer toute glorification de l’illégalité. De retranscrire le quartier tel qu’il est avec ses gamins qui jouent en bas des tours, ses mères qui font leurs courses et ses pères qui amènent leurs enfants à l’école. Et le deal donc : « Que Dieu me pardonne si je me trompe/J’pose ma miff6 avant qu’on pose ma tombe/Ce chemin étroit et sombre me séduit/L’impression qu’il soigne mon coeur de E.T ». Continue Reading →

Par défaut

La chaîne afro-américaine BET arrive en France

Par @FabSpadeMc

Le groupe Viacom France (MTV, Game One, Nickeleodeon…) lance une version française de sa chaîne BET à partir du 17 novembre 2015.

Créée en 1980, BET (pour Black Entertainment Television) est une chaîne dite « communautaire » afro-américaine qui possède plus de 100 millions d’abonnés aux Etats-Unis. Elle est notamment connue pour la cérémonie des BET Awards qui célèbre chaque année les personnalités ayant marqué la musique.

La chaîne sera disponible dans les bouquets classiques : CanalSat, Free, Numéricable…

Reste à savoir si elle proposera des contenus inédits à destination des minorités françaises…

BET arrive en France le 17 novembre ! http://t.co/HSUvT0moEH pic.twitter.com/8FIInq7DwQ

Source : betfrance.fr

 

Par défaut

Le retour du vinyle : un phénomène innovant

vinyl

illustration vinyle

L’arrivée du numérique a de plus en plus dématerialisé la musique : les ventes de CD ne cessent de chuter. Cependant, un objet prend le contre pied de cette tendance : le vinyle fait (enfin) son grand retour. Profitant de cette mode, les artistes se servent de ce support pour proposer des expériences inédites. 

L’apparition du CD dans les années 1990 suivie rapidement par la montée en puissance du numérique aura eu raison du disque microsillon qui, peu à peu, avait disparu des bacs. Cependant, la recherche du meilleur son possible et la quête du bel objet ont fait revivre ces disques vintage.

Aux Etats-Unis, d’après les chiffres publiés par Billboard, les ventes de vinyles ont augmentées de 16,3% sur les 9 premiers mois de l’année 2012. La croissance est continue depuis 5 ans. Parallèlement les ventes de CD ont chutées de 13 % tandis que les ventes numériques ont augmentées de 14 %, toujours moins que le disque microsillon. En 2009, le vinyle représentait à peine 30% du chiffre d’affaire des disquaires. Aujourd’hui le pourcentage tourne entre 70 et 80%. En France, on est passés de 145 010 vinyles vendus en 2006 à 329 439 l’an dernier.

Cet essor s’explique, entre autre, par le fait qu’une nouvelle population d’acheteurs est apparue : les plus jeunes sont venus s’ajouter aux collectionneurs. Les disquaires s’accordent à dire que la moyenne d’âge s’est déplacée de 30-40 ans à 20-40. Certains d’entre eux découvrent même l’objet qui avait déjà passé l’âge d’or pour cette génération.

Il est encore tôt pour parler de « raz de marée » mais le retour du vinyle se ressent jusque dans les enseignes culturelles où ce dernier avait quasiment disparu. Les surfaces dédiées ont plus que doublé. La plupart des enseignes Fnac, par exemple, accueillent désormais un rayon par style musical (raggae, jazz, hip-hop …).

La Face B de la tendance

Face à l’essort des commandes soudaines (de plus en plus d’artistes sortent leurs titres sur ce format), les moyens de production tendent vers une incapacité à répondre à la demande et les usines sont saturées. La chute des ventes dans les années 1990, a entrainé l’arrêt des productions de machines à vinyle, faute de rentabilité.

Malgrès un succès certain, il faut relativiser le bilan. A l’âge d’or du vinyle, une petite commande représentait 10 000 exemplaires. Il est même arrivé d’avoir des commandes montant jusqu’à 1 million. Aujourd’hui une commande normale est en moyenne de 500 exemplaires. L’usine leader française fondée en 1967 ne compte aujourd’hui plus que 16 presses, contre 50 dans les années 80. Les usines sont alors forcées de travailler dans l’urgence et les délais de fabrication peuvent durer plusieurs mois.

Des idées innovantes 

Grâce à son format, le vinyle permet la customization au niveau du graphisme et du visuel des pochettes mais aussi au niveau du disque lui même. Originalement de couleur noire, on a vu se multiplier les disques colorés, transparents ou encore découpés.

Aujourd’hui l’industrie du disque pousse la customisation encore plus loin grâce à l’appuie des nouvelles technologies.

Quelques exemples :

  • Breakbot et son vinyle en chocolat :Pour son album, By Your Side, l’artiste du label Ed Banger Breakbot à frappé fort : il édite 100 exemplaires du vinyle de l’album en … chocolat ! Le vinyle peut-être lu entre 3 et 5 fois et contient 3 titres bonus.

  • Jack White, record de vente. Pour son vinyle Lazaretto, Jack White redouble d’inventité. L’une d‘elle consiste à la mise en place de deux hologrammes représentant des anges. Ce vinyle consitue la meilleure vente de LP depuis 1994 avec 60 000 copies écoulées. (hologramme présent à 6min28 sur la vidéo ci-dessous)

  • Docteur Popular et sa carte musicale. L’artiste américain a sorti son single Dazzler sur carte postale. Au verso, la matière de la carte a permis de recréer les microsillons propre à sa musique dans l’objectif de s’en servir comme d’un véritable vinyle. Un concept qui fonctionne sur toutes les platines et qui est beaucoup plus pratique et transportable qu’un vinyle habituel.

dazzler-turntable

  • Le label allemand, Kontor Records : un vynile sans platine. Pour promouvoir un de ces artistes, le label spécialisé en musique électronique a choisi un support original pour ces envois promotionnels. Un disque 33 ou 45 tour qui est entièrement lisible avec son smartphone (Android, iOS ou autres). C’est le packaging du disque avec une enveloppe en papier qui fait office de support au disque. Cela permet aux téléphones de capter le QR Code nécessaire à la lecture du signal audio.

Sources :

 

Par défaut

La Musicothérapie dans le monde

3 pouvoirs bienfaisants de la musique

1) Antidépresseur naturel

La musique réduit le stress et l’anxiété et apaise nos tensions. En régularisant les hormones du stress, elle remplace les anesthésiants dans certains cas.

Lénine confessa un jour, alors qu’il venait d’écouter un sonate de Beethoven:

« Je ne peux pas écouter de la musique trop souvent, cela me donne envie de dire des bêtises et de caresser la tête des gens »

2) Thérapie holistique : la musique agit sur le corps, l’esprit et l’âme

La musique agit sur le corps physique, elle réduit la tension musculaire.

La musique dynamise la santé dans sa globalité en renforçant le système immunitaire, en stimulant la digestion, en ralentissant et égalisant les ondes cérébrales ou encore en influençant la fréquence cardiaque. Elle accroît l’endurance, influence la température corporelle, le mouvement et la coordination physique…

La musique influence l’esprit et « adoucit les mœurs »
Voici une expérience récente réalisée dans le métro de Newcastle, en Angleterre. Les responsables de la sécurité des stations ont remplacé la diffusion de musique rock par de la musique baroque. Vandalisme et agressions ont diminué de moitié ! Depuis, tous les services ont reçu ordre de diffuser des mélodies douces.

La musique, langage de l’âme

« La musique est un moyen plus puissant que tout autre parce que le rythme et l’harmonie ont leur siège dans l’âme. Elle enrichit cette dernière, lui confère la grâce et l’illumine. » Platon.

3) Voyage en douceur dans l’inconscient

La musique peut agir comme une madeleine de Proust. Elle berce nos souvenirs, stimule notre mémoire et notre imagination. Certaines musiques jouent sur notre état émotionnel comme un sédatif, d’autres comme un remontant.

 Alzheimer et la musique6861837-sundance-revele-le-pouvoir-therapeutique-de-la-musique-contre-l-alzheimer

Si elle n’a pas le pouvoir de guérir de la démence ou de la maladie d’Alzheimer, la musique peut néanmoins aider les malades à « réveiller » leurs souvenirs, comme le révèle un documentaire présenté au festival américain de Sundance.

« Alive Inside: A Story of Music and Memory » (« Vivant à l’intérieur : une histoire de musique et de mémoire »), premier long métrage de Michael Rossato-Bennett, a été en compétition au festival du cinéma indépendant, qui s’est tenu jusqu’au 26 janvier dernier à Park City, dans les montagnes de l’Utah (ouest des États-Unis).

Le film, souvent très émouvant, suit les efforts de Dan Cohen, fondateur de l’association Music and Memory, pour convaincre les maisons de retraite américaines des bénéfices de la musique sur les patients souffrant de démence et d’Alzheimer.

Armé de casques et de baladeurs numériques, il montre, à la surprise des personnels soignants eux-mêmes, comment des patients enfermés dans le mutisme et perdus dans les méandres de la démence sénile, semblent retrouver certains souvenirs et sensations dès qu’ils entendent la musique qu’ils aiment.

L’expérience, réalisée devant la caméra, est impressionnante et nombre de patients se mettent à parler, sourire, chanter, voire esquisser des pas de danse devant leurs familles stupéfaites, à l’écoute du jazz de leur jeunesse ou des musiques de leurs premiers flirts

Musique et stress

Voici-la-musique-la-plus-relaxante-du-monde

                                          Musique la plus relaxante du monde

Cette musique ralentit votre rythme respiratoire et réduit l’activité de votre cerveau à un tel point que des chercheurs affirment qu’il s’agirait de la musique la plus relaxante du monde.

Composé par Marconi Union (un groupe de Manchester), le morceau Weightless serait le fruit de la collaboration entre le groupe de musique et des professionnels de la thérapie par le son. Le but étant de tirer le meilleur parti des harmonies, des rythmes et des lignes de basse. Et le résultat ? un rythme cardiaque ralenti, une pression sanguine réduite et des niveaux de cortisol (l’hormone du stress) plus bas.

L’étude a été réalisée sur 40 femmes. Et la musique de Marconi Union s’avère être plus relaxante que Enya, Mozart ou Coldplay. Mieux, selon l’étude, la musique de Marconi Union serait plus relaxante qu’un massage, une balade ou une tasse de thé (oui, on est en Angleterre).

Le morceau Weightless s’est avéré 11% plus relaxant que n’importe quelle autre chanson utilisée. Elle produirait une baisse de l’anxiété de 65%. Le rythme de la musique passe de 60 pulsations par minute et ralentit progressivement à 50 pulsations par minute. Pendant qu’on écoute ce morceau, notre rythme cardiaque se calerait sur ce rythme.

https://www.youtube.com/watch?v=nKsEqFgKhoA

Chamanisme

sourire-au-tambour

-Il y a plus de 5000 ans, la médecine traditionnelle indienne et chinoise utilisait déjà les effets spécifiques des sons.
Par exemple, depuis des millénaires, des peuples pratiquent les cercles de rythme (tam-tam, djembé, tambours). Ces cercles rythmiques font partie des grandes traditions chamaniques.
Une étude menée par le docteur Barry Bittman aux Etats-Unis a démontré récemment que la participation à un cercle de rythme joue sur notre état physiologique : le cortisol est en baisse, la DHEA, en hausse et surtout, l’activité des cellules naturelles tueuses (ces globules blancs qui éliminent les cellules cancéreuses autant que les virus et les bactéries) augmente notablement

La musique dans la tradition amérindienne a un statut très particulier ; en effet, dans cette tradition, tout est rempli de la puissance de la « médecine ». Le mot « médecine », dans le vocabulaire amérindien, est utilisé pour désigner quelque chose ou quelqu’un remplissant un rôle de communication entre le monde visible et le monde invisible ».
Il faut noter que, bien que la musicothérapie puisse être efficace sur tous les niveaux d’être, elle est traditionnellement utilisée en conjonction avec plusieurs autres approches thérapeutiques.

Par défaut

Les CDs ne rapportent plus d’argent, contrairement à la musique live

Depuis quelques années le secteur musical est en crise avec la baisse toujours de plus en plus importante des ventes de cd physiques. Les acteurs du secteur ont tenté de contrer le piratage avec la loi Hadopi en France et la mise en place des plateformes de téléchargements légales. A cela s’ajoute le développement des plateformes d’écoute en streaming. A savoir Deezer ou Spotify. A un moindre prix des millions de morceaux sont accessibles : par exemple, chez Spotify, il suffit de débourser 10€ pour disposer de tous les titres de la plateforme et sans connexion internet.

Afin de pallier ces pertes de revenus très importantes, il s’avère que le CD n’est plus vendu seul. Désormais, il est très commun qu’il soit accompagné de goodies comme des posters, des cartes postales, des pins ou des codes pour accéder à plus de contenu sur internet etc. On n’achète désormais plus un CD mais un coffret qui contient un CD.

De plus en plus d’objets dérivés liés à l’artiste et au groupe se vendent désormais dans les boutiques, spécialisées ou non. A la FNAC, il y a un rayon dédié aux goodies. Il y a de cela 20 ans, il n’y avait pas de produits dérivés dans les concerts, à part sans doute quelques t-shirts et accessoires.

La démonstration la plus probante est celle du passage piéton des Beatles Abbey Road à Londres. Celui-ci est devenu un lieu de pèlerinage pour tout fan qui se respecte. Si on va devant le célèbre studio d’enregistrement on voit le passage piéton, quelques mètres plus loin on peut voir une petite boutique qui ne vend que des produits dérivés des Beatles.

abbey-road-alafoto

Pochette de l’album Abbey Road (1969)

Aujourd’hui on n’achète plus la musique d’un artiste, car elle est facilement accessible et à un coût nul (bien que cela soit illégal), mais on préfère dépenser de l’argent pour obtenir des produits qui touchent de près ou de loin l’artiste en question. Exemple : la veste rouge que portait Michael Jackson dans le clip Thriller a été vendu 1,3 millions d’euros.

On remarque également qu’il y a une réelle envie de ne plus vivre la musique dans son salon mais de la vivre en live. Chaque année on voit des festivals naître et ceux déjà existants grossir de plus en plus. Notamment celui des Vieilles Charrues qui est le plus important de France avec une capacité de 275 000 personnes sur 4 jours. Parallèlement, les artistes proposent des tournées parfois plus longues qu’avant.
La conception d’un spectacle avec les effets visuels et de mise en scène coûte cher. Mais une tournée mondiale devant une grande audience permet de vite rentabiliser cet investissement. D’où l’envolée des prix de certains concerts…le concert des Rolling Stones l’année dernière au Stade de France aurait rapporté au groupe 10 000 000 millions de dollars avec des prix allant de 80 à 250€. Il faut noter que le concert affichait complet avec 78 000 spectateurs.

affiche-RS

Affiche du concert des Rolling Stones au Stade de France en 2014

C’est un signe de la volonté du public d’écouter de la musique en live et parfois à n’importe quel prix. C’est une nouvelle forme de consommation de la musique. Bien sur les concerts existent depuis très longtemps, mais auparavant c’était la vente des CDs qui rapportait de l’argent. Aujourd’hui ce sont les concerts qui remplissent ce rôle.

Liste des 5 tournées les plus lucratives de tous les temps :

1er : U2 360°Tour 736 millions de dollars
2eme : Rolling stones A bigger bang tour 558 millions de dollars
3eme : ACDC Black ice tour 441 millions de dollars
4eme : Madonna Sticky and sweet 407 millions
5eme : U2 vertigo tour 389 millions de dollars

On voit depuis à peu près 2 ans se développer les concerts au cinéma. Pour la dernière date de sa tournée de 2013, le concert de Bruce Sprinsteen était diffusé dans bons nombres de cinéma mondiaux et notamment en France à La Géode. Les cinémas UGC proposent chaque semaine des opéras. Ce dispositif est appelé Viva l’opéra ! en partenariat avec Opéra de Paris.

Il faut sans doute mettre en parallèle la baisse des vents de CDs avec la disparition des vraies emissions de musiques à la télévisions. La musique à la TV est presque aussi vieille que la musique sur CD. Et ces deux formes de consommation semblent s’essouffler. On le remarque avec la disparition des émissions des Carpentier ou de Maurice Chevalier. En effet, depuis la disparition de ces émissions, le media télévision ne semble plus être un moteur ou un vecteur de promotion pour la musique. Il existe toujours des émissions dites de « chansons » mais plus de musique dédié à la découverte de talents (les télé crochet ne sont pas des émissions de musique).

Pour conclure, la musique sur CD et à la TV sont quasiment passés de mode, paradoxalement les salles de concerts se remplissent de plus en plus et les concerts sont de plus en plus gigantesques.