Le « raw-food » ou crudivorisme

raw foodDepuis quelques mois en France, la tendance est au raw-food ! C’est un régime alimentaire basé sur des aliments cuisinés crus ou très peu cuits (la température de cuisson ne peut excéder les 45° !).

Parmi le raw-fooding, on retrouve le vegetarian et vegan raw-fooding puisque les aliments crus peuvent également être d’origine animale. Néanmoins, ce sont ces 2 courants qui intéressent le plus la communauté de « raw-fooders » et qui bénéficie le plus de visibilité sur les réseaux sociaux ou les sites dédiés à la cuisine.

Pourquoi être adepte du raw-fooding ?

Ce mode alimentaire permet aux aliments de conserver toutes leurs vitamines, minéraux, protéines, glucides et surtout les enzymes qui permettent à l’organisme de mieux les digérer et les assimiler. D’après le Docteur Howell, le système digestif est obligé d’emprunter des enzymes au métabolisme lorsqu’il ne les retrouve pas dans les aliments en cours de digestion. Ce phénomène entraînerait alors une baisse de forme et d’énergie.
Par ailleurs, les enzymes naturellement présentes dans les aliments favorisent l’élimination des déchets présents dans l’organisme. Ces déchets considérés comme des toxines proviennent du tabac, de l’alcool mais également du sucre raffiné ou des produits chimiques (additifs alimentaires, médicaments).
Ce mode alimentaire qui prône la détoxification s’est développé dans les années 70 en Californie, grâce à Ann Wygmore qui était un Docteur lituanienne.
Il a naturellement séduit les stars hollywoodiennes telles que Gwyneth Paltrow et Drew Barrymore qui veulent garder la forme et leurs silhouettes.

Étonnamment, c’est seulement depuis quelques années que ce régime alimentaire est devenu tendance. Cependant, comme toute tendance culinaire qui apparaît de nos jours, sa propagation grâce au web est grandement facilitée !
On va ainsi pouvoir suivre à la lettre des recettes de raw-fooding fait par des bloggeurs/ses qui publient ensuite les plats plutôt appétissants sur leurs comptes Instagram.

raw-food instagram

Capture d’écran Instagram avec le hashtag #rawfood

En Californie, à Los Angeles plus précisément, de nombreux restaurants de raw-fooding sont présents. Comme le Cru à Silver Lake, le Mary’s secret Restaurant à Los Angeles ainsi que le Planet Raw.

Les parisiens sont chanceux : un seul restaurant, pour le moment, a ouvert ses portes à Paris, rue du Faubourg Poissonnière : le 42 degrés.

resto 42 degrés

Photo issue du site http://greenhotelparis.com/


Sources :

Page Wikipédia « crudivorisme »

Article de Marie-Catherine de La Roche sur Madame Figaro

 

Les marques végétariennes

Maintenant que nous avons vu comment les restaurateurs réussissaient à dériver des recettes à la base, non-végétariennes, voyons d’un peu plus près leur contenant !
Les ingrédients qui constituent les recettes sont soient achetés tout préparés, soient concoctés par les soins des restaurateurs.
Dans tous les cas, ils devront se tourner vers des marques dédiées à la nourriture végétale qui sont souvent bio.

marques

Quelques exemples de marques dont les produits sont distribués dans les chaînes de magasins bio.

marques2

Ici, des exemples de marques végétaliennes (sans produit d’origine animale).

Parmi les marques bio, on peut également citer celles qui sont distribuées dans les hypermarchés et supermarchés, comme par exemple Sojasun, Björg ou encore CéréalBio.
Ce sont des marques qui ont su tirer leur épingle du jeu en surfant sur la vague verte dans l’alimentaire. Leurs directions marketing ont fait évoluer les gammes de produits en s’adaptant aux régimes végétariens et en constituant une offre alimentaire plus étoffée.
On retrouvera ainsi des plats cuisinés sous forme d’emballage à préparer au micro-ondes, des sauces, du hâché végétal, etc.

Vous reprendrez du faux poulet ?

Paradoxalement, chez les végétariens, la mode est au détournement des produits à la base, fabriqués à partir de viande animale, comme par exemple, les saucisses pour hot-dogs, le poulet, le hâché végétal, etc.

D’ailleurs, un restaurant chinois spécialisé dans la cuisine végétarienne à Paris, propose des plats avec du faux poulet ou du faux bœuf.
J’ai déjà testé (avant d’être végétarienne !) et je dois avouer que la ressemblance dans la consistance est vraiment frappante.

menu Tien Hiang

Capture d’écran disponible sur le site Tien Hiang

Si vous voulez aller y faire un tour, le restaurant Tien Hiang est situé 14 rue Bichat, dans le 10ème (métro Goncourt) et les prix sont vraiment pas excessifs !


Sources :

Interview de Guillaume Lecomte, directeur marketing et R&D de Distriborg
Site de Bjorg

 

Le street-food se met au végétal

Depuis plus d’un an, les food-trucks, emblèmes de la street-food envahissent la capitale ! A Paris, les lieux de concerts, expositions et les places touristiques attirent immanquablement ces camions qui proposent des formules de plats à emporter.
Pour trouver un food-truck, c’est assez simple : soit vous allez sur sa page Facebook si vous savez quel food-truck vous recherchez ou soit vous allez sur l’un des sites qui proposent de géolocaliser votre food-truck :

Avant de débuter le tour des food-trucks, je vous propose un petit flash-back.
Direction la fin du XIXème siècle, aux Etats-Unis : Charlie « Goodnight » décide d’aménager un chariot de tiroirs pour y ranger vaisselle, ustensiles et épices afin de proposer à ses comparses qui migraient du Texas au Nouveau-Mexique, une alimentation digne de ce nom tout au long de leur voyage : le 1er food-truck est inventé !

Photo issu du site

Photo issue du site www.blog.krrb.com

Depuis, les restaurateurs américains n’ont eu de cesse d’utiliser ce mode de restauration et la tendance s’est propagée à l’internationale.
En France, c’est Kristin Frederick (un américain), qui, en 2011, lance le 1er food-truck qui s’appelle Le Camion qui fume.

Evidemment, les repas mangés sur le pouce sont principalement des burgers, hot-dogs et désormais des plats un peu plus exotiques…qui sont parfois déclinés à la sauce végétarienne !

En atteste le camion El Tacot, qui, parmi ses tacos et burritos, décline ces derniers de façon à convenir aux végétariens.

le-tricycle

Photo issue du site www.letricycle.fr

Malheureusement, la capitale n’accueille pas d’autres food-trucks végétariens. Il y a cependant un tricycle, modestement appelé Le Tricycle, qui circule dans les rues de Paris et qui propose des hot-dogs végétariens pour la maudite somme de 5 euros.

En France, c’est à Perpignan qu’il faut se rendre pour retrouver un food-truck exclusivement végétarien ! La Camionnette verte nous propose des menus bio, de saison et végétariens en privilégiant les aliments issus des produits locaux.

Enfin, si vous avez l’occasion de voyager aux Etats-Unis et que vous êtes curieux de cette street-food végétarienne, vous serez comblés ! New-York, Los Angeles et beaucoup d’autres villes accueillent des food-truck dédiés à la nourriture végétarienne !


 

Sources :

Track The Truck

Les fast-foods végétariens

Le végétarisme qui est à la base un mode d’alimentation tend à devenir un phénomène de mode qui prend de l’ampleur. Il y a en effet comme une prise de conscience globale dans les pays habitués à consommer des animaux (viande animale, poissons, crustacés) et cela engendre une adaptation de l’offre alimentaire.

Voyons ce que nous proposent trois fast-foods à Paris qui ont décidé d’expérimenter les burgers confectionnés à partir de recettes végétales !

Hank - devanture + gérant

Photo issue du site www.paris-newyork.tv/

On va d’abord faire un petit tour du côté du Marais, rue des Archives, chez Hank qui a ouvert au début de l’année et compte déjà beaucoup d’habitués si on en croit le nombre de followers sur Facebook (+ de 3000 !).
Les patrons ont misé sur une offre bio et sans origine animale, le tout fait maison. Pour information, les steacks sont faits à base de soja, carottes, champignons et haricots rouges.
Un prix unique pour tous les burgers : 7 euros.
A noter que le restaurant propose de se déplacer pour des évènements.

East Side Burger - devanture

Photo issue du site www.eastsideburgers.fr

Toujours à Paris, Boulevard Richard Lenoir, on trouvera aussi un spécialiste du burger fait sans protéine animale.
East Side Burgers vous concocte 2 de ses 5 burgers chaque jour avec une attention particulière au choix des fromages qui accompagneront les burgers.
Les gérants communiquent par ailleurs très bien sur les réseaux sociaux ; les plus de 10 000 followers sur Facebook en sont la preuve !
D’ailleurs, le burger « The Assaillant » inspiré de l’artiste Beat Assaillant a été approuvé par le rappeur qui a commenté lui-même la photo du burger sur leur profil Facebook.
Les prix sont attractifs : 6,60 euros.

 

Le VG est un fast-food qui a la particularité de ravir aussi bien les végétariens que les végétaliens (c’est à dire ceux qui ne mangent aucun animal ni ce qui pourrait provenir de l’animal – lait, fromage, miel, etc.). Les menus et les burgers sont donc adaptés au moment où les clients passent commande.
Situé rue Lafayette à Paris, il ne paye pas de mine avec sa toute petite devanture mais les critiques sont tout à leur honneur !

VG - devanture

Photo issue du site www.vg-zone.net

Les menus sont autour de 10euros.

Et enfin, vous avez certainement entendu parler du M.O.B. (Maimonide Of Brooklyn) qui a ouvert au dessus de la Cité de la mode et du Design, à Paris . Ce restaurant végétalien tout droit venu de Brooklyn a immédiatement fait fureur chez les vegans. Outre les plats cuisinés, le MOB propose dans sa carte le Deluxe Burger où le steak traditionnel est remplacé par un steak original confectionné à base de champignons.

mob-paris-005

Photo issue du site www.lebonbon.fr

D’autres adresses où les végétariens ne sont pas oubliés :
Le Big Fernand et son burger « Lucien » et la Maison burger, rive gauche, qui dédicace un de ses burgers aux végétariens.